mardi 15 décembre 2015

Vers une vie... zéro déchet?!?

J'ai assisté le lundi 30 novembre dernier à la conférence de Béa Johnson organisée à Namur par Les Amis de la Terre.
Une rencontre impactante à plusieurs niveaux.
On n'en ressort pas intact... Je vous conseille de ce pas la lecture de son livre :
"Zéro déchet - 100 astuces pour alléger sa vie" ou "Comment j'ai réalisé 40% d'économie en réduisant mes déchets"
Oui, oui, vous avez bien lu : 40% d'économies.
Vivre zéro déchets, c'est vraiment une révolution! Et surtout changer de vie... vers le bonheur!

Depuis 14 jours maintenant, cette conférence a déjà provoqué quelques changements... en douceur... mais cela met du baume au cœur aussi de se rendre compte que de nombreuses choses "sans déchets", je les pratique depuis bien longtemps... et ça marche!!!



Quelles sont donc ces bonnes habitudes qui me permettent de réduire ou de supprimer mes déchets?
  • la lessive maison
Faite à base de lierre ou de cendres de bois : aucun emballage, on recycle depuis des années les mêmes bidons, on récupère ceux des amis, voisins et de la famille... et cerise sur le gâteau : c'est gratuit (ou presque, il faut un peu d'eau chaude dans les deux cas...
  • le détergent vaisselle maison
Avec 1 litre du commerce, j'en fait 5 litres... idem ici, on recycle les bidons et on en collecte tout autour en cas de besoin... et de belles économies à la clé... prochaine étape : essayer une recette sans vase de savon du commerce...petit défi à relever.
  • Les mouchoirs en tissu
J'utilise depuis longtemps les mouchoirs en tissu. En effet, dans mon enfance, il n'y avait pas de mouchoirs en papier à la maison. J'ai refait récemment un bon stock (on en trouve un peu partout pas trop cher) pour équiper toute la famille pour dorénavant bannir les mouchoirs en papier de la maison... Un peu de résistance liée aux graphismes choisis sur les mouchoirs de la plus jeune, mais comme on n'a plus le choix, ils sont finalement adoptés!!! (oui, je sais ça fait un peu  "dictature", mais c'est pour notre bien à tous, et celui de notre planète... ça vaut bien le coût, non?)

  • Les serviettes en tissu
Fini le carré d'essuie-tout à chaque repas, ou la serviette en papier! Les serviettes ont numérotées, chacun retient le numéro de sa serviette que l'on utilise plusieurs jours avant de la mettre à lessiver. J'ai ainsi constitué 4 lots de serviettes, de quoi faire...
  • Achat en "semi-vrac"
J'achète de nombreuses denrées en grosses quantités, gros conditionnements, comme par exemple : farine bio : 25 kg, bicarbonate de soude : 25 kg.
Pour les denrées consommées en grandes quantités à la maison comme la farine, pas de souci, on laisse dans le sac d'origine dans la buanderie et on approvisionne un récipient plus petit dans la cuisine. Pour les autres, on compartimente dans des flacons plus petits dans les endroits stratégiques. Exemple du bicarbonate : un flacon près de la lessiveuse, un second sous l'évier de la cuisine, le reste dans un grand seau à la cave, cela se conserve très bien. Prochaines étapes : les cristaux de soude et certaines huiles essentielles très utilisées, notamment pour la lessive.
  • Refuser les sacs des magasins
Je refuse toujours les sacs en plastique des magasins, tous, et pas seulement les supermarchés alimentaires, car j'emporte à tous les coups mes cabas réutilisables  : ils sont dans un bac dans le coffre de ma voiture.
  • Tri des déchets
 Enfin, cela fait très longtemps (près de 20 ans) que je trie tous mes déchets : papiers-cartons, PMC, verre, déchets compostables, restes de repas (poules, chiens et chats) et puis tout le reste seulement dans la poubelle. Je faisais ceci bien avant l'existence des collectes sélectives à domicile. Et régulièrement, j'emmenais mes déchets triés au parc à conteneurs.
Aujourd'hui, nous avons la chance d'avoir des collectes sélectives à domicile ; papiers-cartons une fois par mois, PMC deux fois...
Pour le verre, il y a toujours les "bulles" un peu partout.
Les compostables vont dans un tout beau tas tout près de la maison, qui sera emmené au potager dans 2 ans...
J'ai en effet profité d'une séance gratuite d'information sur le compost organisée dans ma commune par l'intercommunale de gestion des déchets (dans mon cas Ipalle) pour faire une bonne affaire : un grand silo à compost en matière recyclée et recyclable d'1m³ pour 50€ :
et deux éléments complémentaires pour 35€ pièce : voilà donc, tout près de la maison (pas besoin d'aller au fond du jardin pour vider le bac "compost" de la cuisine), un système qui me permet d'avoir un roulement sur trois ans :

bac 1 : déchets 2015,
bac 2, déchets 2016,
bac 3 : déchets 2017, alors qu'on embarque le compost mûr du bac 1 vers le potager pour le libérer pour les déchets 2018...
  • Pas d'achat de denrées en boîtes de conserve
Parce qu'elles contiennent des perturbateurs endocriniens qui migrent vers la nourriture qui y est emballée, et auss qu'il s'agit en général de produits transformés... et que ça nécessite un maximum d'énergie pour être fabriquée, etc. comme on peut très bien le comprendre dans cet article de Vincent sur son blog.
Et donc, mes conserves, je les fabrique moi-même en stérilisant à l'eau bouillante pour les marinades ou denrées acides, ou en autoclave pour le reste...
Ça fait de bonnes économies, et en plus, on sait exactement ce que l'on met dedans,...
  •  Pas d'eau en bouteille : eau du robinet
Comme je l'expliquais dans cet article-là, nous purifions l'eau du robinet pour les boissons, froides ou chaudes, et la cuisine... aucune bouteille d'eau en plastique n'est entrée à la maison depuis près de 3 ans... ça en fait une montagne de déchets d'économisée... même si c'est recyclable... et en plus, ça coûte bien moins cher!!!
  • savon corporel, dentifrice et shampoing : sans emballage (ou presque)
Déjà dans mon article sur le shampoing maison, je vous expliquais comment on peut faire son shampoing... J'utilise aussi uniquement du savon artisanal, en général dépourvu d'emballage, local, qui dure, qui dure, qui dure très longtemps, sans perturbateurs endocriniens ou autres produits nocifs, et qui font la peau super douce et en bonne santé!!! Dans cette gamme, j'ai aussi testé le shampoing en brique : que du bonheur!!!
Imaginez donc la montagne de flacons de gel douche d'économisés...
Pareil pour le dentifrice, et le déodorant faits maison, sans aluminium et autres cochonneries...



Voilà en gros pour mes habitudes actuelles, quelques fois déjà anciennes, qui permettent donc de réduire les déchets.

Maintenant, suite à la conférence de Béa Johnson, Il y a encore quelques nouveaux "réflexes" qui se mettent en place. Par exemple :
  • Achat des charcuteries et fromages
...au rayon découpe et non plus en pré-emballé. Un vrai miracle au niveau des déchets. Par exemple, le poids d'emballage de 500 gr de charcuteries (principalement du jambon) et fromage (type gouda) préemballés est de 70gr : oui, 14% du poids des denrées que l'on emballe.
Après deux semaines d'essai :
- Le jambon, saucisson, salami et gouda achetés en bloc (je les tranche moi-même à la maison) se conservent très bien un peu plus d'une semaine.
- Le fait de les trancher selon les besoins évite le gaspillage : aucune tranche n'a traîné, séchant dans un emballage à demi-ouvert dans le fond du frigo.
- moins d'emballage : les charcuteries sont emballées dans un papier doublé d'une fine feuille de plastique qu'il est facile de séparer. Résultat : 2,5 kg de charcuteries et fromages ont produit... 3 grammes de déchets non recyclable!!! Et oui, on a divisé le poids des déchets par 117!!! C'est énorme! et facile à mettre en place.
La prochaine étape consistera à emporter mes propres contenants pour embarquer le tout... et donc réduire les déchets à zéro... mais ce sera pour plus tard...

... à suivre...











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire